Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 08:29

Juste un lien, pour les gens qui rèvent de bosser en centre de santé isolé, en guyane, comme celui de MARIPAOULA.

 

http://www.dailymotion.com/video/xh1kfi_tondispen-serieux_travel#from=embed
Repost 0
Published by lolo - dans Guyane 2010
commenter cet article
23 octobre 2010 6 23 /10 /octobre /2010 20:20

Certains en ont rêvé, moi cela m'attriste. Je quitte la Guyane pour la deuxième fois.

 

Que dire de ces quelques mois?

 

            - Une expérience professionnelle extraordinaire, qui notamment m'a fait découvrir une facette de ma profession que je ne connaissais pas (la gynécologie courante et la contraception). En espérant que la lignée stérilets soit prospère!

L'autonomie professionnelle, les échanges riches avec les autres professions de santé, en particulier avec les infirmières. On se complète tellement bien. Bravo les filles, bravo pour votre polyvalence, votre faculté d'adaptation, votre maitrise impressionnante des pansements, plus dingues (et dégueu) les uns que les autres!

 

             - La découverte d'une culture bien secrète, mais encore présente, de ces "évadés", ces marrons, en particulier les N'Dukas, qui peuplent Grand santi et ses environs... Un peuple fort et fier, un peuple beau, fait de femmes incroyables, et d'hommes si forts...

 

             - Des échanges, forts et riches au sein d'une communauté d'expatriés, dans un petit village, tout fraichement accessible par avion.

Un gavage de nature, de verdure, d'eau marron, mythique et magnifique...

 

Je ne dis pas adieu à la Guyane, car je sais qu'elle va me rappeler d'ici peu...

 

Merci à vous, femmes du fleuve de  toutes les cultures, de m'avoir fait confiance. Merci de m'avoir confié votre intimité, votre bébé et vos secrets.

Que souhaiter à ce peuple? Qu'il garde sa force et sa richesse culturelle, malgré la mondialisation, qui arrive à grands pas...

 

De mon coté, je pars lundi de Paramaribo (Surinam) pour Quito, via Aruba et Bogota.

Le 28/10 j'embarque sur "l'Angélique", pour 8 jours de croisières dans les iles Galápagos, puis 3 jours sur Isabella. Avec Anaïs nous nous rejoignons le 7/11/2010 à Quito...

 

Bises à tous, et Longue vie à la Guyane!

 

Repost 0
Published by lolo - dans Guyane 2010
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 13:08

Arriver en Guyane, c’est ouvrir les portes d’une bien belle aventure. A Grand-Santi, sur ce petit coin paumé du Maroni, les métropolitains ne sont pas venus par hasard. Tous ces jeunes gens, ont chacun un sacré passé des plus aventureux et un futur, qui sans aucun doute, ne sera pas celui de Mr tout le monde.

Une  petite dédicace, juste pour eux…

Alors que l’on fait connaissance, on réalise, que chacun ici se donne les moyens de réaliser ses rêves. Il y a Chloé et Olivier, qui ne sont toujours pas remis de leur tour du monde de 2 ans et demi à vélo,  et qui ne pensent qu’à repartir ;  Ravi et Nolwen, qui se laissent mener aux hasard de la vie, Loïc qui part à la découverte des requins aux 4 coins de la planète, Caro et Gaby, qui vont régulièrement faire des sessions survie de plusieurs semaines, tous seul dans la foret, Alex et son idée de crapahuter en solitaire les plus hautes montagnes du monde, Amparo, l’espagnole qui travaille ici et là, François qui a visité un nombre de pays incroyables, Max qui raconte ses transat à la voile, eux qui partent faire du cirque sur les routes au hasard, Laure et Fab qui ont des projets aussi fous et magnifiques, que le tour de l’Amérique du sud en roulotte à cheval en 2011… sans parler de tous ceux, qui aux premières vacances venues, sautent dans un avion, au hasard.

 Alors vous imaginez, ce que cela  peut donner ici au cœur de la jungle, ces jeunes lancés sur une pirogue, à la découverte du monde. Je savoure ces instants magiques ou l’on a l’impression de découvrir, une sensation incroyable d’être seuls au monde. Quand sur la Gonini, ce petit affluent surinamais du Grand Maroni, on plante la pirogue sur ces pierres sournoises qui attendent patiemment le piroguier non averti, je savoure le regard et l’extase de ces jeunes hommes, même pas trentenaires, qui, fous de liberté, se lancent sur les rapides. Maxime, apprenti takariste veille, il est devant, debout sur la pirogue, une perche à la main et un chapeau de paille, tout mouillé de devoir sauter à l’eau pour pousser ou tirer le bateau, il a les yeux qui pétillent. Fabien est au moteur,  il guette le passage et choisi son chemin, ses rastas enroulés sur la tête. Il a un sourire jusqu’aux oreilles (et moi au milieu, qui, tout en m’imprégnant de la nature,  les observe et les admire)… Un vol de toucans au dessus de la tête, les traces des caïmans, sur les berges constituées de magnifiques bancs de sable blanc, que la baisse de l’eau laisse apparaitre, c’est notre environnement, et il est impossible de retranscrire la magie qui s’échappe de cette grande forêt amazonienne…

Vous pouvez peut être nous imaginer, le soir, au bord du fleuve, autour d’un feu de camp, ou à la lueur des bougies, sous les yeux rouges attentifs des caïmans, en train d’écouter les épopées découvertes de tous ces doux voyageurs rêveurs…

Dans quelques jours je laisse la Guyane, encore une fois (mais pas pour très longtemps, c’est évident…), chacun va faire sa quête d’aventures pour les prochains mois, et j’espère, qu’on aura l’occasion de se recroiser quelque part dans ce monde, pour de nouveaux récits, à la Mike Horn…

Bon vent à tous ! superstickies

Repost 0
Published by lolo - dans Guyane 2010
commenter cet article
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 16:05


Bon voilà, c’est fait, je viens de signer mon premier CDI  (contrat à durée indéterminée), avec qui me direz-vous ? Avec l’agence : « voyage à temps plein ». Je commence le 20 Octobre, environ.

Première étape : le départ de mon voyage à durée indéterminée va se faire depuis le Surinam, pays voisin de la Guyane. Je vais donc partir à la chasse aux visas, faire fonctionner la poste pour rapatrier tous mes colis à la maison « logistique », dans l’Ariège familiale.

 

Deuxième étape : les Galápagos si tout va bien : obtention du visa de départ, réservation du vol, de la croisière, et climat politique équatorial plus stable

galapgalapagosgalapa

 

Troisième étape : nanais, ma copinette, me rejoint en Equateur le 7 Novembre, pour 15 jours

equateur

 

Quatrième étape : Camillou et Marionette me rejoignent à Lima le 26 Novembre.

images

 

 

Ensuite ?? J’en sais rien, mais rien : retour à domicile ? Bolivie ? Chili ? Autre continent ? On verra où le vent me porte…

Pour le moment la logistique, c’est un peu compliqué : s’équiper pour les pays froids,  en achetant sur internet, et en comptant sur les bonnes âmes qui vont pouvoir m’amener tout ça, trouver la bonne assurance rapatriement depuis le fin fond de la Guyane, gérer la fin du boulot ici.. Heureusement, ma petite maman est au taquet ! Sans elle… je n'imagine même pas, merci maman !

Alors imaginez, comment depuis quelques jours je m’évade… ma tête est déjà partie vagabonder sur les hauteurs des Andes, dans les eaux bleues des îles mythiques du pacifique… Il me tarde de vous emmener le long de ces routes, bordées par les lamas, sur les sites historiques tels le Macchu Piccu, saluer les tortues géantes, nager avec les otaries…

 

Allez, dans 15 jours on est parti !!!

Voilà les quelques sites, qui m’aident à préparer tout ça…

- http://voyageforum.com/

- http://www.routard.com/

- http://www.abm.fr/

- http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs_909/index.html  (ne pas trop trop lire non plus, sinon, on se fait peur !)

- www.partirou.com superstickies

 

 

Repost 0
Published by lolo - dans Guyane 2010
commenter cet article
22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 14:31

Si jamais vous êtes perdu en Amazonie (et qu’il y a une cuisine) (ou un bon feu), et que vous ne trouvez que du Caïman à manger : pas d’inquiétude, c’est succulent !!!!

D’abord il faut trouver un homme beau, grand, fort, pour découper des darnes de Caïman . Attention, la peau est dure et il faut casser l’os central !

P1050569

 

Faites  mariner avec : curcuma, curry, paprika, oignons, citron, ail, concentré de tomate…

P1050570

Faite revenir le tout (longtemps pour faire ramollir la viande, qui sans cela est dure), à feu doux, en arrosant avec  un fumet de poisson, que vous aurez réalisez la veille avec la tête du poisson tigre…

 P1050606

Servir avec des pommes de terre et régalez vous !!!

 

Ps : si vous n’avez pas de Caïman, vous pouvez toujours vous rabattre sur un Aimara, ou un Piranha, c’est super bon…

P1050564

 

 Heu non, faut pas manger ce serpent, c’est un grage grand carreau et il y très très méchant !

P1050618

Repost 0
Published by loloatraverslemonde.over-blog.com - dans Guyane 2010
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 17:58

Il est né, au fin fond de l'Amazonie, dans un des derniers villages amérindiens de la Guyane.

Sa maman a attendu que je saute de la pirogue, qui m'emmenait au bout du monde, pour lui donner la vie, et c'est dans mes mains qu'il a attérit.

Un instant magique, ou toute la symbolique de la naissance rejaillie. Une vie de plus, pour un peuple en voie de disparition...

Un enfant qui va grandir au coeur des moeurs et coutumes de ces gens savants de la forêt.

Un adolescent qui jouera dans les vagues du Maroni, avant d'apprendre à manier la pirogue.

Un jeune adulte qui, à son tour, transmettra la vie.

Un ancien qui j'espère portera le Kalimbé, et transmettra son savoir au cours des veillée arrosée de Cachiri.


Petit bonhomme, je te souhaite une belle vie...

 

 

P1050423

Repost 0
Published by loloatraverslemonde.over-blog.com - dans Guyane 2010
commenter cet article
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 19:27

Des nouvelles : voila un long poste que vous ne lirez peut être pas jusqu’au bout, mais que j’ai pris beaucoup de plaisir à écrire, inspirée par le calme d’Antécum pata, (comme j’avais pu l’être il y a quelques années dans les temples bouddhistes d’Asie du sud est). Ressourcée et détendue, je reprends la plume.

 

Un court passage à Maripa Soula.

 

Qu’évoque pour nous « Maripa Soula » ? Certainement pas le petit bourg méconnu pour le métropolitain, qui en réalité existe au beau milieu de la Guyane. Pour moi, Maripa, c’était avant tout un rêve d’enfant, un rêve de « bout du monde », des mes 10 ans, cela représentait l’inaccessible, l’invivable. Un nom exotique ou se mêlent des images de foret, de grandiose, un soupçon d’indien et une pincée de fleuve.

 

 

J’y suis allée à Maripasoula, et je vais vous raconter cela…

 

P1050404

Tout a commencé, perchée sur une pirogue, au départ de Grand-Santi, quand assommée et languissante, je laissais couler sur ma peau les rayons du soleil. De petites heures paisibles, qui ne laissent comme vue, aux yeux, que l’immense cloison végétale de chaque coté du fleuve, où, sur plusieurs dizaines de mètres de haut s‘entrelacent les verts et les jaunes. Une forêt dense, opaque, qui ne se dévoile pas au voyageur du fleuve. Un mur.

 

Le fleuve semble calme et s’écoule doucement, mais la pirogue ne cesse de contourner des rochers imaginaires pour la touriste que je suis. (Des pointes rocheuses nous menacent juste sous la surface, et les piroguiers s’appliquent à les éviter.)

 

 

Au cours d’un tournant, tout change. Le fleuve laisse percer de balaises cailloux, recouverts de mousse et le rose des salades coumarou. Mes doigts se figent dans le bois de la pirogue : Ca y est ! Les choses sérieuses commencent. Le takariste est aux aguets, il cherche le piège, le pic, l’obstacle ou le danger et guide le motoriste d’un sifflement ou d’un mouvement de bras. Le fleuve a blanchit et mousse même au cœur des tourbillons. Au fils des détours et des contours, nous franchissons en une heure, non sans quelques secousses un des plus gros sauts du Maroni : le CDD.

 

 

Il nous faudra encore 5 Heures de navigation apaisante, sous l’œil attentionné d’un soleil fourbe. Et nous voila : de loin, un château d’eau et des habitations… de prés, le dégradé et la vie classique qui va avec : quelques pécheurs de yaya plongent et remontent leur fil, en espérant attraper les poissons pour la soupe. Une poignée d’enfants jouent dans l’eau, tous nus et tous noirs. Un groupe d’hommes une bière à la main, et légèrement amochés par un trop plein d’alcool quotidien nous regardent décharger le bric à brac de la pirogue. Les femmes, solides et bien charpentées, lavent et relavent vaisselle et linges. Le tout est bercé par les bruits de moteurs, qui s’allument et s’éteignent au grès des arrivées et départs des centaines de pirogues qui accostent ici chaque jour.

pecheur de yaya, degrad maripa

 

Nous y voila, dans ce village du bout du monde de mon enfance. Je le touche du doigt. Son image a changé en moi, depuis que j’entends parler de vols, de violence, de haine et de racisme. Vais-je être déçue, à quoi ressemble vraiment mon rêve?

A l’issu de mon séjour ici je dois dire, qu’il ne s’agit plus du tout d’un village, mais d’une bourgade désorganisée, bruyante et vivante. Une ville étonnante, où les quads énormes doublent une Twingo arrivée là par miracle. Sur la route principale, qui monte sur la colline ensoleillée, il faut rester sur ses gardes : les véhicules, bien qu’une poignée au final, se bousculent et se faufilent.

 

 

Les gens qui me saluent sont tous différents : j’ai enfin approchés ces fameux indiens, qui se déplacent en petite famille : le papa aide l’ainée à marcher, la maman trimballe le dernier dans sa bandoulière. Ils reviennent surement du dispensaire, perché tout la haut.

Ces hommes noirs, grands et forts, qui émettent un drôle de bruit sur mon passage, qui se veut attirant, entre un gargouillis et un sifflement, sont des noirs marrons, essentiellement de l’ethnie des Bonis.

Ces femmes, habillées tout moulant, plus ou moins claires, plus ou moins sveltes sont les brésiliennes. Elles sont arrivées en masse ces dernières années, avec leur compagnons les orpailleurs. Ca je ne m’y attendais pas, il y a tellement de brésiliens ici. L’orpaillage, ça carbure, et ces hommes, sans foi, ni loi sont bien présents, et sont dorénavant à prendre en compte dans la population guyanaise.

Tous ces gens, de toutes les couleurs, aux multiples langages, éduqués sous des cultures différentes, je les ai côtoyés pendant 6 semaines. Et quelle richesse ! Quelle leçon pour nos préjugés et nos principes !

Maripa Soula, sa force? C’est ce melting pot, qui fatigue les oreilles et épate les yeux.

Au fil de mon séjour ici je me suis enfoncée encore plus loin, chez les indiens, je vous raconterai aussi.

 

 

Merci aux gens de Maripa, d’avoir préservé mon rêve : oui ce lieu haut en couleur est fantastique et mérite le détour. Au cours de mon séjour ici, vous m’avez offert de bons fous rires, des crises de nerfs, et des larmes d’émotions

.

 guyane 027

Une équipe d’infirmiers et d’infirmières dynamiques, pimpantes, vivantse, enrichies par les différences de tous ces professionnels qui débarquent d’Europe, et qui sont si tolérants. Je n’oublie pas les ASH, AS, Médecins, secrétaires, vigiles, qui, malgré les centaines de blancs qui passent ici, ont sympathisé avec la sage-femme de passage. Merci de m’avoir fait confiance, et je n’ai qu’un seul souhait, être à nouveau parmi vous dans quelques mois !

Quoi qu’il en soit je pars d’ici, la boule au ventre et la larme à l’œil. Fière du chemin accompli, fière d’aller au bout de mes rêves, émue par ces rencontres qu’elles soient culturelles, linguistiques, culinaires et professionnelles.

A bientôt pour de nouvelles aventures, je ne sais où, je ne sais quand…

 

Repost 0
Published by lolo - dans Guyane 2010
commenter cet article
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 19:37


Coucou a tous..
 
Voila une semaine qui est passée vite, trés vite.... je suis arrivée a Grand santi aprés 7h de pirogue (ce qui est trés rapide), mais sous la pluie. Dans la pirogue, 3 mamans fraichement accouchées qui reviennent au village avec leurs petits.
 
Arrivée à grand santi, l'infirmière d'astreindre, Marielle, est venue m'accueillir, aujourd'hui c'est férié (les jours gras, pour carnaval), le village est vide. On empreinte ensemble la seule voiture du village, pour acheminer tout mon matériel vers mon appartement.
Ce petit appart  est charmant: une grande cuisine à peu prés équipée, et une grande chambre. un coin salle de bain/WC et une terrasse grillagée. Le seul défaut c'est le bar à reggae ( et vous savez tous à quel point j'adore ça) qui crache sa musique à fond les ballons de 7h du mat a 3h du mat. Une petite discussion hier soir avec le type, j'espère que cela va se calmer.. sinon ca sera les gendarmes... C'est un problème dans le village, ya des espèces de bars dans ce genre partout, avec les baffles énormes et ils font des concours de' bruit... (en plus ya jamais personne dedans!)
 
Le soir je rencontre les autres infirmières: élodie et emma. Elles sont toutes les 3 charmantes. il en manque 2 qui sont en, vacances: anne et sandrine.
Chloé, médecin coté pmi est venue me faire un coucou pendant que je m'installais: on va s'entendre niquel.
 
Premier jour au travail: consultation de grossesse avec chloé, afin de comprendre l'administratif: quand prévoit on la pirogue, quand peut -on faire des prises de sang, quels jours les bilans peuvent-ils être acheminés... Allez clin d'oeil aux sages femmes: j'ai vu un utérus quadricicatriciel  avec 2 crises d'éclampsie dans ses antécedents. 28 SA. Elle commence ses oedèmes, je vais la faire revenir 2 fois par semaines pour surveiller et des que la tension monte: zooo la pirogue direction l'hôpital. ca vous parait bien?
Lesfermmes ne parlent pas du tout français et je fais toutes mes consult en takitaki, avec quelques trous de temps en temps. L'ash m'aide bien quand je suis en détresse...
 
J'ai passé les jours suivant a vider, déblayer laver encore et encore le local qui va me servir de bureau. Aujourd'hui enfin ca commence a ressembler a quelque chose, et c'est franchement bien! il me manque un peu de materiel, mais l'essentiel est la , mon bureau est super beau, spacieux: promis je fais une photo pour vous l'envoyer!
 
Je m'entend super bien avec chloé, le médecin de pmi, je lui est exposé pleins de projets et elle est partante. E, gros ma semaine va ressembler a ca:
- lundi: suivi de grossesse 
- mardi: prépa (trés demandées par quelques metro et créoles enceintes sur le village) et reeduc
- mercredi: suivi des grossesses pathologiques.
- jeudi: permanence au collège: intervention dans toutes les classes et permanence dans un bureau: dépistage mst, distribution de pilule, encouragement a venir au dispensaire pour les frottis... et puis je profiterai des temps d'attente entre les gamines pour monter mes actions de prévention
-vendredi: consult post natale et TP associé sur la prépa des bib (education a la non utilisation des farines...)
 
Un moment me sera nécessaire pour un peu d'epidemio: je vais reprendre tous les dossiers pour faire des stats.
Et tout les jours je recevrai les consult en urgence, et répondrai aux demandes d'ivg.
Les ide sont demandeuse de formation sur l'accueil du nn et mécanique obstétricale (il y a eu 3 accouchements la semaine dernière), je vais donc essayer de proposer quelque chose la dessus.
 
I restera: visites a domiciles et dans les villages alentours, entretien 4eme mois, tour des écoles primaires (ici l'éducation sexuelle doit commencée en CM1!!), et consult de contraception.. on verra avec l'autre sage femme; je vais assurer la contraception (pilule, pose implanon et stérilet)en attendant qu'elle arrive.
 
Quand je suis d'astreindre, les inf viennent me chercher pour  les femmes enceintes qui se présentent "aux urgences" c'est a dire au domicile de l'ide de garde. 
 
Bref je fais mon trou, c'est stimulant de tout mettre en place, de créer, innover et exploiter pleinement mes compétences... c'est cool d'être au beau milieu de la foret, d'aller au boulot en marchant au bord du fleuve sous l'oeil attentif des perroquet ara magnifiques, de lever le bras pour cueillir une mangue, de regarder jouer les enfants, touts nus sous la pluie, de faire du stop auprès du seul quad du village... Bref c'est dépaysant, et pas un boulot de sage-femme comme les autres...
 
Voila un premier mail.. je peux pas vous raconter tout ce qui me viens a l'esprit, il y a tellement de choses... cela sera pour la suite...
Bisous a tous..
 
Lolo
Repost 0
Published by lolo - dans Guyane 2010
commenter cet article
10 février 2010 3 10 /02 /février /2010 19:39

BOn beh voilà, j'ai pas fini d'écrire Mada, mais je vous annonce déja la suite...

P1030161.JPG

Je pars lundi 8 Février 2010 (dans 2 jours, oui oui), pour la Guyane. Enfin j'y reviens quoi...

Si vous lisez les posts précédents, vous verrez que la Guyane, j'ai adoré...

Cette fois ci je pars réaliser mon rêve de petite fille: vivre dans un petit village dans la foret amazonienne.

Je pars vivre à Grand santi, ou je vais exercer mon formidable métier de sage-femme au dispensaire du village. mes missions? contribuer à la sécurité médicale des femmes et des nouveaux né, faire baisser le nombre de grossesses précoces et non désirées...

P1030158.JPG

Je serai à une journée de pirogue au sud de Saint-laurent, et une journée de pirogue au nord de maripasoula. Un hélico peut atterrir le jour.. Il n'y a pas de téléphone (ni fixe, ni mobile), mais internet par le satellite.

Bref une belle aventure m'attend, j'espère.

Quelques photos du villages:

guyane 213.jpg
P1030163.JPG
guyane 249.jpg
guyane 264.jpg
guyane 101.jpg
Voili, voilou, à bientot pour de nouvelles aventures!
Repost 0
Published by lolo - dans Guyane 2010
commenter cet article

Présentation

  • : Lolo à travers le monde
  • Lolo à travers le monde
  • : Pour vous raconter mes voyages, pour donner des nouvelles, ou pour aider ceux qui souhaitent partir. Je vous raconterai aussi ma vie de sage-femme N'hésitez pas a me laisser des commentaires et à me contacter
  • Contact

Recherche